Rechercher dans ce blog

mardi 15 janvier 2019

Il enseignait avec autorité



Frères et Sœurs,

Un des éléments qui frappait les contemporains de Jésus était qu’il enseignait avec autorité. Cette autorité s’exprime ou s’illustre par le fait qu’il opérait des guérisons, mais aussi chassait des esprits mauvais et leur imposait le silence. Les démons selon ce que disent les Évangiles sentaient une force qui s’imposait à eux.
Jésus vient réconcilier les hommes avec son Père. Dans les guérisons de malades et le fait de chasser les esprits mauvais, il nous donne à comprendre qu’il s’agit là d’une des conséquences du retour de Dieu qui vient nous libérer, car il nous aime.
Lorsque Jésus enseigne, il ne le fait pas à la manière des scribes et des pharisiens en s’appuyant sur des traditions et de grands maîtres, il le fait parce qu’il est Dieu… L’Écriture est le fruit d’une inspiration divine qui passe par des hommes, mais là c’est celui qui est le Verbe de Dieu qui enseigne. On retrouve cela fréquemment dans des formules telles que Je vous dis, Moi je vous dis… Il enseignait à ceux qui l’entendaient, la conduite à tenir, les comportements à adopter pour être de vrais fils de Dieu.
Benoît XVI l’explique ainsi dans son « Jésus de Nazareth » : L'enseignement de Jésus ne vient pas d'un apprentissage humain, quelle qu'en soit la nature. Il provient du contact direct avec le Père, du dialogue « face à face » - de la vision de celui qui est dans « le sein du Père » (Jn   1, 18). C'est la parole du Fils. Privée de ce fondement intérieur, elle serait de la présomption. À l'époque de Jésus, c'était d'ailleurs l'opinion des scribes justement parce qu'ils refusaient d'accepter ce fondement intérieur : la vision et la connaissance face à face.
(Jean-Paul II le disait à des évêques de Colombie : « La miséricorde de Jésus et sa compassion face à la fragilité humaine ne l'empêchaient pas d'indiquer avec clarté quelle était la conduite à suivre ou les attitudes les plus conformes à la volonté divine, réduisant souvent à néant les propos insidieux de ses adversaires; cela lui gagna l'admiration des foules. »)
Ce qu’il demande nous contraint à sortir de nous-mêmes et n’est pas immédiatement confortable, vous êtes certainement d’accord avec moi, mais il nous donne sa paix déjà maintenant. Le grand confort sera bien entendu celui du Royaume… 
De toute évidence, ce passage d’Évangile nous invite à nous demander si nous prenons au sérieux la parole de Jésus. Il nous donne aussi la force de la mettre en pratique, ce n’est pas simplement l’enseignement d’un maître parmi d’autres… Il nous accompagne sur notre chemin vers son Père. Il est vrai que le fardeau est parfois bien lourd, ne craignons pas de lui demander son aide avec insistance ainsi qu’à Notre-Dame. Amen.

lundi 7 janvier 2019

Au revoir, fr. Paul




Lors de la célébration de l’Epiphanie, nous avons fait mémoire de mon confrère Fr. Paul (François de Cornulier-Lucinière)

Chers frères et sœurs, 

Nous avons une pensée particulière ce matin envers les personnes qui nous sont recommandées durant cette Eucharistie et pour leurs familles. Vous me permettrez quelques mots après le départ pour la maison du Père de mon confrère, frère Paul. Au commencement de notre ministère ici au Vorbourg, nous étions trois  avec le Père Robert, ce qui nous permettait de méditer sur la Trinité. Certains nous surnommaient les trois rois, ce qui nous amusait bien. Puis vint le temps où nous nous sommes retrouvés à deux avec fr. Paul, ce qui permettait de méditer sur les deux natures du Christ. Maintenant je suis pour ainsi dire contraint de me pencher sur le mystère de Dieu un. La galette des rois aurait dû attendre toute la semaine pour que soit trouvée la fève pour le seul roi disponible, heureusement, j’ai obtenu de l’aide cette année.
Frère Paul qui était diacre est donc finalement parti suite à une leucémie aiguë le 29 décembre, à l’âge de 80 ans, étant né à Meknès au Maroc le 10 décembre 1938. Sa famille, de très ancienne tradition, s’en revint ensuite dans la région de Nantes. Frère Paul y effectua sa scolarité, puis entra au séminaire et voulut faire son service militaire, ce qui le conduisit en Algérie, où il sut montrer qu’il n’appréciait pas du tout voir de mauvais traitements infligés parfois aux prisonniers. Au séminaire, il côtoya, parmi  ses confrères séminaristes 2 futurs martyrs de Tibhirine, récemment béatifiés.
A la fin de son séminaire, ayant rencontré presque par hasard dans le train, le Père Bonaventure Sodar, un des fondateurs de notre monastère, il s’était retrouvé en Suisse.
Sa principale amitié spirituelle, il la réservait à Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus qui l’aidait à faire usage de son ascenseur pour le ciel et à se simplifier. Il appréciait également beaucoup Saint Louis-Marie Grignon de Montfort qui avait œuvré dans sa région. Vous l‘avez vu persévérant fidèlement dans son service et la prière, au cours des 23 ans qu’il a passés ici au Vorbourg. Si nous avons dans l’esprit l’image de son état de malade, il est certainement bon de rappeler ses qualités en période où il accomplissait différemment sa mission. Etre malade, c’est aussi accomplir un service pour l’Église, la remarque est valable pour tout le monde.
Fr. Paul était connu pour son amour du Latin et ses qualités de traducteur. Il a d’ailleurs prêté ses services pour traduire bon nombre de vie de nos saints jurassiens que vous trouvez sur le site abbaye-saint-benoit.ch.
Ici au sanctuaire, il avait la responsabilité du chant en raison d’une des fonctions occupée et reconnue au monastère du Bouveret où il était chantre. Il était aussi était féru de poésie, capable de nous débiter tout un train de quatrain. Par modestie, il tenait fermement que son frère de Nantes, était bien plus doué que lui dans cet exercice. Tant qu’il le put, il travailla à la cuisine commune mais s’occupa aussi des fleurs. Il aimait beaucoup observer les oiseaux et la nature, ce qui est commun aux moines habituellement.
En retournant à la maison du Père, il a retrouvé ses parents et 5 de ses frères et sœurs, dont l’un Pierre-Noël qui était parachutiste, avait sauté à Dien Bien Phu. Il en gardait un souvenir ému. Je vous serais reconnaissant de prier pour son frère Benoît, dernier survivant de la fratrie, qui est affecté par ce départ et pour lui, bien entendu,. Demandons au Seigneur et à Notre-Dame de montrer une semblable fidélité à nos missions que lui à la sienne et  à ses vœux (51 ans de vie monastique).

Epiphanie : Le Christ est à Bethléem, pas à l'Hérodion




Frères et Sœurs,

Comment aborder l’Épiphanie ? L’habitude la plus ancrée dans nos traditions est celle de la galette des rois. Vous trouverez certainement des explications sur internet qui la feront remonter à l’antiquité romaine païenne. Aujourd’hui, chacun aborde précautionneusement son morceau de gâteau espérant la couronne. Le problème, outre les risques encourus pour les dentitions est qu’il n’y a qu’un roi, parfois accompagné d’une reine. Un roi terrestre ne peut qu’être seul dans son royaume, surtout dans un contexte où la royauté était considérée comme de droit divin. Hors les rois de l’Évangile, qui sont des sages, des magoï, étaient trois. Il suffit de modestes recherches pour trouver très facilement des explications sur les origines de ce glissement royal qui n’a rien d’un faux-pas. Il commença par Tertullien, puis s’approfondit avec Origène, tous deux figurent parmi les plus anciens auteurs ecclésiastiques et commentateurs de l’Écriture.
Les rois évoquent des idées de pouvoir, de gloire, de richesse, tout ce que nous n’avons pas. Ceux d’aujourd’hui nous sont si sympathiques que nous nous sentons tous appartenir à un environnement qui paraît attirant. Or, que font ces mages ? Ils viennent dans une étable s’incliner devant un jeune enfant… qui serait le Messie, un terme qui va effrayer Hérode. Ils ont suivi l’étoile de l’Orient, fait un long voyage… poursuivant avec anxiété et ardeur cet astre qui s’éclipse au-dessus de Jérusalem. Mystérieusement, ils ne trouveront leur chemin que par l’intermédiaire des prêtres et des scribes qui connaissaient les Écritures et le lieu où devait naître le Messie. L’indication est valable pour nous aussi qui recherchons le Seigneur. L’Écriture nous apporte une lumière, elle brille avec plus de force encore pour nous, depuis que le Seigneur a ouvert nos esprits à leur compréhension. La recherche de la vérité et du Messie, de l’Enfant-Dieu produit immédiatement des réactions de la part des forces du mal… Prêtres et scribes donnent leur réponse devant Hérode seul. Et c’est Hérode lui-même qui envoya les Mages à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. ». Il paraît s’être méfié du lieu puisqu’il avait déjà construit tout près de là, une immense forteresse où il aura son tombeau.
N’est-ce pas mystérieux ? Dieu lui-même utilise Hérode comme intermédiaire et messager auprès des mages. Il utilise pour révéler aux représentants de toutes les nations, celui qui veut la mort de son Fils. Pourquoi ? C’est une grande question. Pourquoi l’étoile s’éteint-elle, pourquoi Dieu met-il son Fils en danger ? Pourquoi l’envoie-t-il déjà en Egypte avec ces personnages ? Voir les mages arriver, ce n’est pas du tout la sécurité, mais déjà l’envoi en mission et le commencement de la lutte contre le mal, par la fuite.  
« L’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, (hors de Jérusalem) jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. »
Et les trois sages s’inclinent, non à l’Hérodion mais devant l’étable. Avec eux, tous les hommes viennent s’agenouiller devant ce petit pauvre et déposent leurs trésors, l’or, l’encens et la myrrhe. Benoît XVI relevait dans une de ses homélies pour l’Épiphanie que   « selon la mentalité qui régnait à cette époque en Orient, ces cadeaux représentent la reconnaissance d'une personne comme Dieu et Roi: Ils sont donc un acte de soumission. Ils veulent dire qu'à partir de ce moment, les donateurs appartiennent au souverain et reconnaissent son autorité. »
Pour cette raison, ils n’obéiront plus à Hérode, comme ils l’ont fait à Jérusalem. Ils changent de roi et vont aussi changer de chemin pour rentrer.
Un auteur ancien, Maxime le Confesseur, nous résume à sa manière l’Épiphanie. (Centuries sur la charité). Il ne s’agit plus seulement de changer de souverain terrestre, il faut aller plus loin : « L'étoile venue de l'Orient apparaît et elle conduit les Mages à l'endroit où se trouve le Verbe incarné ; elle montre ainsi de façon mystérieuse, qu'elle dépasse la parole contenue dans la Loi et les Prophètes, et qu'elle conduit les nations vers la lumière de la connaissance supérieure du Verbe incarné. L'étoile, considérée avec piété, conduit ceux qui répondent volontiers à l'appel de la grâce. »
A quoi sert la grâce ? Elle est notre étoile intérieure, elle nous apporte la miséricorde de Dieu et veut faire de nous, des enfants de Dieu, des rois avec ce petit roi de la crèche ; il s’agit de rois qui avec lui et avec elle, doivent se bouger et se mettre en chemin, selon la thématique chère au pape François.
Que manque-t-il souvent dans notre cœur ? « A la fin, ce qui manque, c'est l'humilité authentique, qui sait se soumettre à ce qui est plus grand, mais également le courage authentique, qui conduit à croire à ce qui est vraiment grand, même si cela se manifeste dans un Enfant sans défense. »
Aujourd’hui nous nous sommes retrouvés pour fêter les rois, n’est-ce pas pour fêter avec les rois, l’Enfant sans défense ? Il nous invite à devenir comme lui.
Regarde-donc autour de Toi, petit Roi des Juifs et Roi du ciel, dans les richesses qui sont là, les nations qui ne savent pas que Tu les aimes.
Marie pourra te raconter qu'avec nous, après les bergers tout l'univers s'est rassemblé sous ton étoile. Amen.